Proposé par

En collaboration avec

Bibliothèque virtuelle
des Jéco

Faire une recherche dans la bibliothèque

Les documents relatifs au mot-clé : Nucléaire

Intervention Claude Carlier de Claude Carlier
Conférence : Existe-t-il une créativité française originale ? (Vidéo disponible)
Thèmes : Politique industrielle,

A l'aide des diapositives ci-dessus, Claude Carlier retrace les trois révolutions stratégiques que connait la France après la Seconde Guerre mondiale. 

NUCLEAIRE
  • 1956 : Mise en oeuvre d'un programme nucléaire militiaire sur cinq ans
  • 1960 : Explosion de la première bombe atomique française
AERONAUTIQUE
  • 1950: vote d'un plan quinquennal aéronautique
  • 1955 : premiers vols des appareils Alouette II, de la Caravelle et du Mirage I
SPATIALE
  • 1961: creation du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES)
  • 1964 : création du centre spatial à Kourou, Guyane
  • 1965 : Lancement du premier satellite français



*****
Le renouveau nucléaire, aéronautique et spatial après la Seconde Guerre mondiale de Claude Carlier
Conférence : Existe-t-il une créativité française originale ? (Vidéo disponible)
Thèmes : Politique industrielle,

Claude Carlier liste dans ce billet les six raisons qui ont permis à la France de se hisser au rang de troisième puissance nucléaire et aérospatiale au monde en vingt-cinq ans (1945-1969) ainsi que les dates clés de cette réussite. 

Dates principales :

  • 18 octobre 1945 : création du Commissariat à l'Energie Atomique
  • 25 juin 1945 : premier vol du Dassault MD-550 Mirage I
  • décembre 1956 décision du gouvrnement Guy Mollet d'un programme nucléaire militaire sur cinq ans
  • 17 juin 1959 : premier vol du mirage IV
  • 13 février 1960 : explosion de la première bombe atomique française
  • 26 novembre 1965 : lancement du premier satellite français A1 Astérix
  • 2 mars 1969 premier vol de Concorde  



*****
Retrouver la vidéo sur la page de la conférence Les perspectives de long terme pour l'énergie et le climat (Vidéo disponible)
Titre de la vidéo : vidéo

Intervenants :  Patrick Artus (Chef économiste de Natixis et membre du Comité Exécutif, Professeur-associé d'économie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Roger Guesnerie (Professeur émérite au Collège de France et Président d’honneur de l'Ecole d'économie de Paris) ; Jean-Marc Jancovici (Président de The Shift Project et associé de Carbone 4) ; David Kimelfeld (Président de la Métropole de Lyon) ;  Isabelle Kocher (Directeur Général d’ENGIE) ; Patrick Pouyanné (Président-directeur général de TOTAL S.A) et Jean-Paul Chapel (France 2)



*****
Corée du Nord : L’impossible dénucléarisation de Marianne Péron-Doise
Conférence : Les sanctions économiques : des habits neufs, une efficacité toujours contestée (Vidéo disponible)
Thèmes : Europe, pays émergents, monde, Relations internationales,

Des années 1990 à 2016, la Corée du Nord a développé un programme d’armes de destruction massive, balistique et nucléaire, que ni les offres de négociations multilatérales sous l’égide des États-Unis ou de la Chine, ni les sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies n’ont su endiguer. Cette note de recherche revient sur les conditions politiques et techniques dans lesquelles s’est inscrite cette démarche d’acquisition nord-coréenne. Elle met en relief la constance du régime, l’investissement consenti mais également le coût diplomatique du programme avec l’isolement grandissant du pays. Elle souligne également la mutation idéologique du régime puisque le nucléaire est passé d’outil de négociation à celui d’une arme de dissuasion, jusqu’à devenir l’unique source de légitimité du pouvoir. C’est dire qu’il a acquis une dimension stratégique et politique difficilement négociable et laisse peu d’espace à l’ouverture d’un dialogue avec la communauté internationale. C’est dans ce contexte que le cinquième essai nucléaire nord-coréen du 9 septembre 2016 suscite un débat de fond, porteur de nouvelles tensions régionales, où dominent les interrogations suivantes : faut-il prendre au sérieux la menace nucléaire brandie par Kim Jong-un ? Si oui, les sanctions restent-elles l’outil le plus efficace pour la contenir ? Enfin, la garantie de sécurité américaine fonctionne-t-elle toujours ?



*****



























contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook