Le capital humain. Comment le savoir détermine notre vie

"Le facteur essentiel du développement du progrès n'est pas le capital, commeon l'a cru longtemps, mais le savoir des hommes, leur aptitude à créer des richesses" Alfred Sauvy (Mythologie de notre temps, 1965)

L'OCDE a publié en 2007 un ouvrage sur le capital humain. Avec SES-ENS et l'OCDE, nous vous proposons de mieux connaitre et comprendre les enjeux de la formation et de l'éducation dans l'économie


Présentation de l'ouvrage
L'économie mondiale est en train de changer. La mondialisation signifie que l'emploi se déplace d'un pays à l'autre, alors que les ordinateurs et l'état avancé des communications modifient nos façons de travailler, ainsi que la nature des travaux que nous effectuons.

Aujourd'hui, la valeur du travail qualifié, complexe et créatif, croît rapidement. En conséquence, le succès économique des pays et des individus repose de plus en plus sur le capital humain - nos compétences, nos apprentissages et nos talents.

Comment les sociétés développent-elles le capital humain et s'assurent-elles que chacun reçoit l'éducation dont il a besoin à tout au long de sa vie, de la petite enfance à l'âge adulte?

A partir des ressources uniques de l'OCDE, "Le capital humain" examine ces questions dans un langage direct et à l'aide d'exemples tirés du monde réel.

"Le capital humain" - une introduction essentielle à un sujet dont nous allons entendre parler bien davantage dans les années à venir.

Vous trouverez une présentation de l'ouvrage avec des extraits sur le site de l'OCDE. La collection "les essentiels" est composer d'ouvrage dont "le vocabulaire est simple et non technique, et les questions sont illustrées d'exemples concrets tirés du monde réel.".
Références de l'ouvrage : ISBN : 9789264029101, 159 pages, prix 15 €

une brève présentation théorique

«Les activités qui influencent les revenus monétaires futurs, qu’ils soient de type monétaire ou de type non monétaire sont désignées par l’expression d’investissement en capital humain. Les nombreuses formes que peuvent revêtir ces investissements incluent : l’éducation scolaire, la formation professionnelle sur le tas, les soins médicaux, les migrations, la recherche d’informations sur les prix et les revenus.» Gary Becker, Human Capital, N.Y, 1964.

La théorie économique considère pendant longtemps le travail comme un simple facteur de production, appréhendé exclusivement à travers des mesures quantitatives telles que le nombre de travailleurs ou d’heures de travail. Il faudra attendre les années 60 pour que Theodor Schultz souligne la dimension qualitative du facteur travail. Il est un des premiers à évoquer la notion de capital humain qu’il définit comme «l’habilité, le savoir et toutes les capacités permettant d’améliorer la productivité du travail humain». Il distingue déjà cinq sources de production et d’amélioration du capital humain : (1) Les infrastructures et services de santé qui affectent l’espérance de vie et la vitalité des individus ; (2) la formation professionnelle (incluant l’apprentissage) organisée par les entreprises ; (3) le système éducatif de l’école élémentaire au supérieur ; (4) les programmes d’études et de formation pour adulte non organisés par des entreprises ; (5) la migration des individus et des familles pour saisir des opportunités d’emploi.
Gary Becker développe par la suite ce concept en énonçant que toute dépense susceptible d'améliorer le niveau de formation d'un individu augmente sa productivité, et par conséquent ses revenus futurs. Une corrélation semble être établie d’une part entre le niveau d’éducation et de productivité des actifs d’une part et entre l’accumulation du capital humain et la croissance économique d’autre part.

Les champs de recherche ouverts par la théorie du capital humain sont variés et intègrent les influences des autres sciences sociales (psychologie, sociologie…). La théorie du capital humain, même si elle fait l’objet de critiques, a contribué notamment à renouveler l’analyse du rôle de l’éducation ou de la formation continue dans la croissance, des retards de développement, et même de domaines plus inattendus comme celui de la criminalité.

Ainsi, le fait que l’on observe aujourd’hui avec Joseph Stiglitz que le capital humain représente entre 2/3 et 3/4 du capital total, et que les dépenses en éducation se sont accrues de façon exceptionnelle sur ces 50 dernières années met la question du capital humain au cœur de l’analyse économique contemporaine.

De l'analyse théorique à l'action publique

Les liens pointent vers le site ses-ens

Les politiques à destination de la petite enfance. L'investissement dans le capital humain à travers le système éducatif. La formation continue

Des sites ressources

Le site de la caf : mon enfant , sur le site outre la possibilité de chercher des structures de gardes (collectives ou individuelles), vous aurez les informations sur les différentes aides existantes.

Site du ministère du travail : "Ce dossier est consacré à la formation professionnelle, largement réformée par la loi du 4 mai 2004. Vous y trouverez des informations concrètes sur les différentes formules permettant de se former tout au long de la vie, mais aussi sur le financement et le contrôle de la formation et sur les organismes qui la dispensent, ainsi que des conseils pratiques et des contacts utiles destinés à faciliter vos démarches."