Proposé par

En collaboration avec

Reprendre le contrôle de la dette



couverture livre
Préfacé par Gaël GIRAUD

Lord Adair Turner (autres ouvrages et documents)

Lord Adair Turner est un professionnel des marchés financiers à l’autorité mondiale incontestée, et un économiste de premier plan. Ancien dirigeant européen d’une banque américaine, il a présidé l’Autorité des services financiers britannique de 2008 à 2013. Ancien directeur général de la Confédération de l’industrie britannique, et ancien président du Comité britannique sur le changement climatique, il est actuellement président de l’Institut pour une nouvelle pensée économique (INET) et président de la Commission pour les transitions énergétiques. Il est actuellement président de l’Institute for New Economic Thinking (l’Institut pour une nouvelle pensée économique – INET), un think-tank new-yorkais qui se donne pour but de rénover la pensée économique. Il est aussi président de la Commission pour les transitions énergétiques. Il est auteur du livre Economics after the Crisis (Princeton University Press, 2012) et de Between Debt and The Devil (Princeton University Press, 2015) qui est aujourd’hui traduit en français sous le titre Reprendre le contrôle de la dette. Pour une réforme radicale du système financier (Editions de l’Atelier, 2017, préface Gaël Giraud).


Editeur : Les Editions de l'Atelier
Isbn : 9782708245136
Nombre de pages : 360
Prix : 25 €
Parution : avril 2017
Essai

Présentation éditeur :

Nos dirigeants ont-ils tiré les leçons de la crise financière mondiale de 2008 ? Une telle catastrophe peut-elle se reproduire ? De toute part, on se veut rassurant : les banques seraient mieux encadrées, plus solides… Et pourtant, moins de dix ans après le krach, la dette mondiale a été multipliée par quatre ! Pourquoi évoque-t-on la dette des États, mais jamais le surendettement, tout aussi préoccupant, du secteur privé ?
Dans cet ouvrage détonnant, Lord Adair Turner livre un verdict implacable. Homme du sérail, économiste et financier, il devient président de l’Autorité des services financiers britannique quatre jours après la faillite de Lehman Brothers. « Je croyais comprendre les risques du système financier mais, sur certains points essentiels, je me trompais. »
Pour Turner, la croissance démesurée de la dette peut être considérée comme une forme de pollution économique illustrée par la spéculation immobilière et générée par un libéralisme économico-financier dont il pourfend l’irresponsabilité. Dès lors, des mesures beaucoup plus fermes doivent être prises pour que les États reprennent le contrôle de la dette : séparer les activités de marché des banques et les activités de dépôt, exiger que leurs actionnaires les recapitalisent à hauteur suffisante, contrôler les mouvements de capitaux. C’est à ce prix que le monde sortira du marasme économique dans lequel il est plongé. « En 2008, j’étais loin de me douter que je formulerais un jour de telles propositions », indique Lord Adair Turner.
Son livre et sa postface à l’édition française sonnent comme un avertissement : si nous ne tirons pas les leçons des erreurs passées, les électeurs se tourneront vers les politiques « anti-élites » et « la victoire populiste de Donald Trump sera suivie de beaucoup d’autres ».

Public : Tous publics








contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook