Proposé par

En collaboration avec

Supercroissance – La stagnation séculaire n’aura pas lieu



couverture livreHafied Faÿçal (autres ouvrages et documents)

Faÿçal Hafied est essayiste, spécialiste du financement de l’innovation, du capital-risque et de l’évaluation des start-ups. Il intervient régulièrement dans les médias et les think tanks.


Editeur : FYP éditions
Isbn : 978-2-36405-152-2
Nombre de pages : 252
Prix : 18 €
Parution : avril 2017
Essai

Présentation éditeur :

Après la crise financière de 2008, l’inefficacité des plans de relance, des politiques monétaires accommodantes et l’accentuation des inégalités sociales conduisent à s’interroger sur la capacité des États à contrôler l’économie.
Un irrésistible sentiment de déclin s’est installé.
L’ubérisation de l’économie s’est avérée être destructrice de nombreux emplois. Les cols bleus sont menacés par les robots et les cols blancs sont également dans le collimateur de l’intelligence artificielle.
La « quatrième révolution industrielle » ne tiendrait pas ses promesses en matière d’emploi et la prospérité attendue n’est pas au rendez-vous. Faÿçal Hafied affirme que le spectre d’un enlisement dans une « stagnation séculaire » n’est que le produit d’un système de pensée devenu obsolète : nous sommes au contraire à la veille d’une croissance sans précédent dans l’histoire du capitalisme. Il démontre que nous traversons en réalité une époque de « destruction créatrice » hors du commun, et que s’ouvre un âge d’or de l’innovation (blockchain, deep learning, lean startup, innovation radicale, impôt négatif universel, etc.). Même si cette transition s’accomplit dans la douleur, l’économie centralisée actuelle va laisser place à un nouveau modèle de société, collaboratif et participatif, socle d’une croissance considérable soutenue par un progrès inédit.

 

Sommaire

Introduction L’année zéro de la supercroissance
Chapitre 1 La stagnation séculaire est la mesure de notre ignorance
1. La croissance, nouvel opium du peuple
2. Une aversion grandissante pour le risque
3. L’introuvable « paradoxe de Solow »

Chapitre 2 Les forces motrices
1. Des conditions favorables à la sérendipité
2. Vers une société d’entrepreneurs ?
3. Le contournement des circuits traditionnels de création de valeur

Chapitre 3 Les vents contraires institutionnels et intellectuels
1. L’âge du capital frileux
2. Un capitalisme de managers plutôt que d’entrepreneurs
3. Une régulation entravante

Chapitre 4 La frontière technologique et industrielle
1. Le règne de l’agilité
2. Les industries du futur sont porteuses d’innovations radicales

Chapitre 5 La polarisation du travail
1. Automatisation et compétences professionnelles
2. Un marché du travail en voie de recomposition

Chapitre 6 Une supercroissance inégalitaire
1. Le vainqueur prend tout
2. Les territoires de la supercroissance

Chapitre 7 Libérer le potentiel de la supercroissance
1. Un impôt négatif universel plutôt qu’un revenu universel
2. Un droit du travail moderne, au diapason des nouvelles formes d’emploi
3. Accélérer la transformation numérique des entreprises
4. Mieux orienter le capital humain vers les compétences numériques
5. Concevoir un écosystème d’innovation ouvert pour favoriser la sérendipité
6. Le « capital patient » et le « capitalisme d’entrepreneur »
7. Mieux allouer l’épargne vers les investissements risqués
8. Simplifier le « maquis réglementaire »

Conclusion Quand la supercroissance tue l’idée de progrès

Public : Tous publics








contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook