Proposé par

En collaboration avec

Décentrer l'Occident - Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité



couverture livreBrisson Thomas (autres ouvrages et documents)

Thomas Brisson est maître de conférence au département de science politique de l'université Paris 8, chercheur au Cresppa-LabTop (CNRS paris) et chercheur associé à la Maison Franco-Japonaise (CNRS-Tokyo).


Editeur : Éditions La Découverte
Isbn : 9782707197986
Nombre de pages : 288
Prix : 22 €
Parution : août 2018
Essai

Présentation éditeur :

Comment se sont construites les pensées postcoloniales ? Quel type de critique de l’Occident produisent-elles ? Et quel universalisme alternatif proposent-elles ? C’est à répondre à ces questions, si importantes pour comprendre le monde contemporain et le décentrement en cours de l’Occident, que s’attache ce livre très original.
Bien plus qu’une simple cartographie des pensées postcoloniales, cet ouvrage propose une sociologie de leurs principaux auteurs, en montrant notamment quel fut l’effet de l’exil sur leurs travaux. Décentrer l’Occident fait ainsi l’hypothèse que l’on gagne à appréhender la pensée postcoloniale à l’aune de la notion de « déplacement » : entre deux mondes, les intellectuels postcoloniaux sont déplacés aussi bien en Occident que par rapport à leur monde d’origine. Mais c’est précisément cette position décalée qui leur permet de voir et de penser les formes du pouvoir global.
Retraçant les déplacements d’intellectuels – ceux des postcolonial studies indiennes et arabes mais aussi du nouveau confucianisme chinois – entre les anciens mondes impériaux et l’Occident, Thomas Brisson cherche ainsi à comprendre comment s’y arme la critique, entendue comme art du déplacement de ce qui va habituellement de soi.

Table des matières :

 Introduction
Occidentalisation et critique de l’Occident
Pour une sociologie des acteurs et des critiques postcoloniaux
Déplacement géographique et déplacement théorique
Déplacement(s), circulations et lieux de la critique postcoloniale
Plan et visée de l’ouvrage
I / Le nouveau confucianisme, une modernité asiatique en Amérique
1. Aux origines du confucianisme américain

Science, politique et générations du confucianisme au XXe siècle
Effondrement et reconstruction du confucianisme à l’époque moderne
En diaspora : une génération néoconfucéenne sur les terres américaines
2. Le « retour » vers l’Asie (années 1970‑1980) : confucianisme et modernité asiatique
Modernisation et changements sociaux : confucianiser Singapour
Dragons asiatiques, confucianisme et capitalisme
3. Le débat sur les droits de l’homme : le tournant politique du nouveau confucianisme
De Tiananmen à Bangkok : droits de l’homme et fin de la guerre froide en Asie
Concilier universalité des droits humains et spécificité confucéenne
Usages critiques et alternatifs de la philosophie confucéenne
II / Un nouveau regard sur les mondes non occidentaux : intellectuels arabes et indiens aux Etats-Unis
4. Continuité et rupture de la critique arabe
Edward Said et L’Orientalisme
L’Orientalisme, un héritier de la pensée tiers‑mondiste ?
5. Les « études subalternes » indiennes et le « tournant saidien »
Une trajectoire de rupture : Ranajit Guha et la naissance des études subalternes
De Gayatri Spivak à Edward Said : vers une relecture américaine du projet subalterne
Historiographies alternatives : Partha Chatterjee, Gyan Prakash, Dipesh Chakrabarty
Conclusion.

Public : Tous publics








contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook