Proposé par

En collaboration avec

LE DÉBAT FISCAL : UNE PASSION FRANÇAISE



couverture livre
Collection : Finances publiques

Villemot Dominique (autres ouvrages et documents)

Ancien haut fonctionnaire au Ministère de l’Économie et des Finances, Dominique Villemot est avocat en droit fiscal au cabinet Villemot-WTS. Auteur de plusieurs ouvrages de fiscalité et de science politique, il est aussi président du think tank Démocratie Vivante.


Editeur : Editions l'Harmattan
Isbn : 9782343180267
Nombre de pages : 204
Prix : 21.5 €
Parution : juillet 2019
Essai

Présentation éditeur :

La fiscalité est au coeur du débat politique français comme l’a montré le
grand débat national du début 2019 qui a fait ressortir la fiscalité comme
thème principal. Traditionnellement, la droite met en avant la baisse des
impôts et la gauche la justice fiscale. Les gilets jaunes ont demandé les
deux.
Le présent livre montre que si la crise des gilets jaunes a eu comme
déclencheur la hausse de la taxe sur les carburants, elle s’explique par une
réaction de rejet des Français suite à sept années de hausses continues
des impôts (de 2011 à 2018) ayant débouché sur une hausse record de la
pression fiscale (les prélèvements obligatoires ont atteint 45,3% du PIB)
et une quasi-stagnation du pouvoir d’achat. Elle s’inscrit aussi dans le
prolongement des révoltes antifiscales précédentes (poujadisme, CIDUNATI,
pigeons, bonnets rouges). Et, paradoxe, la crise des gilets jaunes
a commencé au moment même (automne 2018) où les impôts des ménages
commençaient enfin à baisser du fait de la mise en oeuvre du programme
d’Emmanuel Macron (suppression des cotisations salariales maladie et
chômage, baisse de la taxe d’habitation pour 80% des foyers).
Il rappelle aussi que ces sept années de hausses d’impôts ont répondu à
la nécessité de réduire notre déficit budgétaire qui avait été notamment
creusé par les dix années de baisses d’impôts précédentes (de 2000 à 2010).
Le premier défi d’Emmanuel Macron sera donc de baisser durablement
les impôts (ils devraient baisser de 1,4% du PIB sur le quinquennat), c’està-
dire de continuer en parallèle à réduire le déficit.
Enfin, il explique que la fiscalité est au coeur du pacte démocratique. La
démocratie parlementaire se définit historiquement par le consentement
du peuple à l’impôt via ses représentants. Or, la France connait une grave
crise de la démocratie représentative, les Français n’ayant plus confiance
en leur classe politique. Le consentement à l’impôt est aussi affaibli par
le sentiment qu’ont les Français que notre système fiscal est injuste et
que les pouvoirs publics sont trop indulgents envers la fraude et l’évasion
fiscale. Or, en réalité, la France se distingue déjà des autres pays par un
système fiscal plus redistributif et un arsenal plus élaboré de lutte contre
la fraude et l’évasion fiscale. Le second défi d’Emmanuel Macron sera
alors de rétablir le consentement à l’impôt dans notre pays.

Lire un extrait

Public : Tous publics








contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook