Proposé par

En collaboration avec

La France ne sera plus jamais une grande puissance ? Tant mieux ! Et quelques autres (bonnes) raisons de ne pas désespérer



couverture livreDuval Guillaume (autres ouvrages et documents)

Guillaume DUVAL est rédacteur en chef du mensuel Alternatives Economiques. Ingénieur de formation, il a travaillé pendant 13 ans pour différentes multinationales avant de rejoindre la coopérative Alternatives économiques.


Editeur : Éditions La Découverte
Isbn : 9782707185204
Nombre de pages : 234
Prix : 17 €
Parution : septembre 2015
Essai

Présentation éditeur :

Les Français ont le blues, ils figurent parmi les plus pessimistes au monde. Avec plus de 6 millions d’inscrits à Pôle emploi, la désindustrialisation qui s’aggrave et les inégalités qui se creusent, les raisons de s’inquiéter ne manquent certes pas. Ce blues n’en est pas moins excessif. Il s’explique notamment par le sentiment d’un déclin ininterrompu du pays, par rapport à un «âge d’or» fantasmé où la France était un modèle pour le reste du monde.
Pour Guillaume Duval, il faut se rendre à l’évidence : avec moins de 1% de la population mondiale, la France n’a aucune chance de redevenir une grande puissance sur une planète où les formidables inégalités de richesse entre pays industrialisés et pays du Sud se réduisent enfin. Ce déclin incontestable n’a pourtant rien de catastrophique : on peut vivre – et bien vivre – sans avoir besoin de s’imposer au reste du monde.
Avec sa démographie équilibrée, ses infrastructures et sa protection sociale de qualité, ses salariés productifs et motivés, ses scientifiques bien formés ou encore ses espaces agricoles importants et ses rapports privilégiés avec le sud de la Méditerranée, la France dispose de nombreux atouts pour s’insérer positivement dans l’économie de demain. D’autant que l’ère de la mondialisation sauvage, qui a sérieusement mis à mal le modèle social français, pourrait bien s’achever. À condition, toutefois, que la France parvienne à surmonter ses antagonismes traditionnels pour mobiliser ses énergies, réformer son État, rattraper son retard en matière d’écologie et rassembler autour d’elle pour construire une Europe plus solidaire.

Table des matières :

Prologue
Le Roi Soleil, une catastrophe pour les Français
L’Empire, une génération sacrifiée
L’aventure coloniale, une honte pour le pays, un handicap pour son économie
Les faux-semblants du gaullisme
1. La mondialisation peut changer de cours
Comment la mondialisation libérale a miné notre modèle social
Pourquoi la mondialisation libérale a échoué
On peut en finir avec les paradis fiscaux
Les multinationales ne sont pas invincibles
Le dumping social chinois va cesser
La crise écologique, vecteur d’une re-régulation mondiale
2. La France a plus que jamais besoin d’une Europe qui marche
L’Europe-marché, ça n’a jamais fonctionné
L’euro, une rupture par rapport à la logique libérale mais…
La sortie de l’euro n’est pas la solution
On peut faire vivre l’euro et démocratiser sa gestion
On peut (enfin) espérer harmoniser la fiscalité
Les temps sont (enfin) mûrs pour une politique numérique européenne
L’Europe ne sera jamais sociale mais elle peut être environnementale
L’Europe a retrouvé des ennemis
3. La France n’est pas l’« homme malade » de l’Europe
La France a sauvé l’euro
Les dépenses publiques ne sont pas une maladie honteuse
L’État français n’est pas surdimensionné
La protection sociale est développée ? Tant mieux !
Baisser les dépenses publiques ? Attention danger…
4. La France a des atouts à faire valoir
La France a une démographie équilibrée
Les Français ne sont pas des cigales insouciantes
Les Français ne sont pas des paresseux
Oui, l’industrie française va mal, mais pas pour les raisons qu’on croit
Une politique erronée de baisse du coût du travail
L’industrie française a encore un avenir
Conclusion.

Public : Tous publics








contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook