Proposé par

En collaboration avec

Ce cauchemar qui n'en finit pas Comment - le néolibéralisme défait la démocratie



couverture livre
Collection : Cahiers libres

Dardot Pierre (autres ouvrages et documents)

Pierre Dardot est philosophe et chercheur à l'université Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense

Laval Christian (autres ouvrages et documents)

Christian Laval est professeur de sociologie à l'université Paris-Ouest Nanterre-La Défense et a publiéL’Homme économique. Essai sur les racines du néolibéralisme (Gallimard, « NRF essais », 2007). Il est l'auteur, avec Pierre Dardot et El Mouhoub Mouhoud, de Sauver Marx ? Empire, multitude, travail immatériel (La Découverte, 2007). Depuis 2004, il anime avec Pierre Dardot, le groupe d’études et de recherche « Question Marx » qui entend contribuer au renouvellement de la pensée critique.


Editeur : Éditions La Découverte
Isbn : 9782707188526
Nombre de pages : 252
Prix : 13.5 €
Parution : mai 2016
Essai

Présentation éditeur :

Comment expliquer l’étrange survie des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l’une des pires depuis 1929? Comment expliquer que le néolibéralisme soit sorti renforcé de la crise ? Au moment de son déclenchement, nombre d’économistes parmi les plus célèbres avaient hâtivement annoncé sa « mort ». Ils n’ont vu dans la poursuite des politiques néolibérales que le résultat d’un entêtement doctrinal.
Pour Pierre Dardot et Christian Laval, le néolibéralisme n’est pas qu’un simple dogme. Soutenu par des oligarchies puissantes, il est un véritable système politico-institutionnel obéissant à une logique d’auto renforcement. Loin d’être une rupture, la crise est devenue un mode de gouvernement d’une redoutable efficacité.
En montrant comment ce système s’est cristallisé et solidifié, le livre explique que le verrouillage néolibéral a réussi à entraver toute correction de trajectoire par la désactivation progressive de la démocratie. Accroissant le désarroi et la démobilisation, la gauche dite « gouvernementale » a contribué très activement au renforcement de la logique oligarchique. Ceci peut conduire à la sortie définitive de la démocratie au profit d’une gouvernance expertocratique soustraite à tout contrôle.
Pourtant, rien n’est encore joué. Le réveil de l’activité démocratique, que l’on voit se dessiner dans les mouvements et expérimentations politiques des dernières années, est le signe que l’affrontement politique avec le système néolibéral et le bloc oligarchique a déjà commencé.
Table des matières :
  Introduction. En pire
1. Gouverner par la crise

Oligarchie contre démocratie
La radicalisation du néolibéralisme
La crise comme mode de gouvernement
La crise comme arme de guerre
2. Le projet néolibéral, un projet antidémocratique
Contre la « souveraineté du peuple »
La supériorité du droit privé sur le gouvernement et l’État
La « démarchie » ou la constitutionnalisation du droit privé
L’idée ordolibérale d’une « constitution économique »
3. Système néolibéral et capitalisme
Le système disciplinaire de la concurrence
Système néolibéral et « lois » du capital
Repousser toujours plus loin les frontières de l’appropriation de la nature
L’illimitation comme régime de la subjectivité
4. L’Union européenne ou l’Empire des normes
Le « projet européen » : du récit des origines à la réalité historique
La construction du grand marché
La gouvernance expertocratique de l’Union européenne
Le budget et la monnaie comme instruments de discipline
En quoi l’Union européenne est-elle « sociale » ?
5. Le nœud coulant de la dette
La dette comme outil de gouvernement
Une nouvelle conception de la « souveraineté »
Tous les moyens sont bons
Une logique de guerre politique
La « dettocratie » ou le pouvoir souverain des créanciers
Des sociétés asservies à la dette
6. Le bloc oligarchique néolibéral
Les acteurs de la radicalisation
La politique professionnelle et la domination néolibérale
La corruption systémique
L’âge du corporate power
L’osmose de la banque et de la haute administration
L’expertise économique et le modelage médiatique de la réalité
Le bloc oligarchique et la gauche de droite
Conclusion. La démocratie comme expérimentation du commun
Une crise historique de la gauche
L’expérience du commun contre l’expertocratie
La stratégie du bloc démocratique.

Public : Tous publics








contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook