John Hicks et la synthèse néoclassique