Proposé par

En collaboration avec

LA MALÉDICTION DES COMPTES EXTÉRIEURS DE LA FRANCE - Notre pays à l'épreuve de ses médiocres performances économiques



couverture livreEstival Jean-Pierre (autres ouvrages et documents)

Docteur d’État es Sciences économiques (Paris I)
Diplômé IEP- et ESCAE
Ex-Chargé de Mission à la Commission des Comptes Commerciaux de la Nation
Ex-Chef de projets économiques pour des Organisations
internationales et différents États européens
Président Général européen non exécutif de l’ONGI AEC


Editeur : Editions l'Harmattan
Isbn : 978-2-343-15111-3
Nombre de pages : 280
Prix : 28 €
Parution : juin 2018
Essai

Présentation éditeur :

Nos comptes extérieurs structurellement déficitaires sont un révélateur de notre incapacité à affronter la compétition internationale. Jusqu’ici, notre appartenance à l’euro nous a permis de camoufler nos défaillances grâce aux performances vertueuses des pays à excédent. Ce parapluie monétaire nous protège, nous épargnant toute catastrophe économique. Cette situation ne sera pas éternelle, nos faiblesses structurelles finiront par apparaître au grand jour.
Malgré le regain de conjoncture internationale des 18 derniers mois, la France n’a pas retrouvé le niveau des nations vertueuses. En conséquence, la croissance française est toujours inhibée par un taux de chômage structurel limitant le taux de croissance potentiel à 2 %. Chômage de masse et absence de main-d’oeuvre spécialisée cohabitent pour constituer un cocktail explosif. Notre production industrielle régresse toujours pour n’atteindre que 11,8 % de notre PIB, un des plus faibles pourcentages parmi les pays développés. Toute stimulation de la demande se heurte à la fois à la rigidité de notre croissance et à notre système industriel en déclin, augmentant alors nos importations. Notre sidérurgie représente 0,1 % de la production mondiale. La vétusté de notre industrie présente un différentiel moyen de 19 ans avec celui de l’Allemagne, entraînant une perte de compétitivité qui rejaillit sur les marges de nos entreprises et leur capacité d’innovation. Notre compétitivité ‘‘hors coût’’ est insuffisante tandis qu’un manque de productivité réduit notre compétitivité ‘‘coût’’, expliquant la chute de nos transactions dans le commerce mondial et dans la zone euro. Baisse de nos exportations et hausse de nos importations sapent nos comptes extérieurs, induisant un endettement permanent.
Le déclin s’amplifiera avec les guerres commerciales minant notre indépendance et notre liberté dans le concert des nations, dans l’indifférence de nos concitoyens.

Lire un extrait

Public : Tous publics








contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook