Proposé par

En collaboration avec

L'Inde de Modi - national-populisme et démocratie ethnique



couverture livre
Collection : "les grandes études internationales" - Sciences Po - CERI

Jaffrelot Christophe (autres ouvrages et documents)

Christophe Jaffrelot est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, de l'université Paris I-Sorbonne et de l'Institut national des langues et civilisations orientales. Il est titulaire d'un doctorat en sciences politiques, et est habilité à diriger des recherches à l'Institut d'études politiques de Paris où il enseigne la politique de l'Asie du sud. Directeur du CERI (Centre d'études et de recherches internationales), Christophe Jaffrelot est l'un des meilleurs spécialistes de l'Asie du Sud en France.   Christophe Jaffrelot est l'auteur de plusieurs ouvrages et essais - pour la plupart traduits dans plusieurs pays. Il a notamment publié La Démocratie en Inde (Fayard, 1998), Le Pakistan (Fayard, 2000), Inde : la démocratie par la caste (2005) et L'Inde contemporaine (Fayard, 2006).


Editeur : Editions Fayard
Isbn : 9782213630038
Nombre de pages : 352
Prix : 25 €
Parution : mars 2019
Essai

Présentation éditeur :

 Au terme d’une longue enquête, Christophe Jaffrelot livre le portrait saisissant d’une Inde nationaliste, dont les dirigeants ont su profiter du jeu électoral pour exclure et mettre en place une véritable démocratie ethnique.

En Inde comme dans bien d’autres pays, la nation ne se définit pas seulement sur le mode ouvert de la citoyenneté, mais aussi sur celui, fermé, de l’ethnicité. Le premier a longtemps été représenté par le parti du Congrès de Gandhi puis de Nehru, et le second par les nationalistes hindous, pour lesquels la communauté majoritaire, faite de fils du sol, incarne l’Inde éternelle, tandis que les chrétiens et les musulmans sont des pièces rapportées devant prêter allégeance aux symboles hindous pour être reconnus comme des Indiens à part entière.
Né dans les années 1920, le nationalisme hindou n’a pris son essor que dans les années 1990 avant de conquérir le pouvoir en 2014. Ce tournant doit beaucoup au populisme de son leader, Narendra Modi, une personnalité atypique qui a d’abord gouverné la province du Gujarat –  où il s’est imposé, suite au pogrom antimusulman de 2002, grâce à ses succès économiques et au soutien des milieux d’affaires  , avant de conduire son parti, le BJP, à la victoire.
En cinq ans, les nationalistes hindous ont changé la face de l’Inde. Non seulement ils ont mis au pas les tenants du sécularisme (universitaires, ONG…), mais ils se sont aussi attaqués aux chrétiens et aux musulmans au point de les marginaliser dans les assemblées nationales et régionales, et, surtout, de mettre en place une police culturelle. Ce dispositif, s’il ne s’est pas traduit par des réformes constitutionnelles, donne aujourd’hui naissance à une démocratie ethnique de fait.










contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook