Proposé par

En collaboration avec

L'économie politique du néolibéralisme - Le cas de la France et de l'Italie



couverture livreAmable Bruno (autres ouvrages et documents)

Bruno Amable est professeur de sciences économiques à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut universitaire de France. Ses  travaux  portent  sur  l’économie  politique  comparée  des  modèles  de
capitalisme  et  sur  le  changement  institutionnel.  Il  est  l’auteur  des  Cinq capitalismes (Le Seuil, 2005) et, avec S. Palombarini, de L’Économie politique n’est pas une science morale (Raisons d’Agir, 2005).
Page Personnelle

Guillaud Elvire (autres ouvrages et documents)

Elvire Guillaud est maître de conférences à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l’économie politique de la redistribution et des inégalités.
Page Personnelle

Palombarini Stefano (autres ouvrages et documents)

Stefano Palombarini est maître de conférences à l’université Paris 8. Ses recherches portent sur l’économie politique du changement institutionnel et sur la crise italienne. Il a publié La Rupture du compromis social italien (éditions du CNRS, 2001) et, avec B. Amable, L’Économie politique n’est pas une science morale (Raisons d’Agir, 2005).


Editeur : Editions Rue d'Ulm
Isbn : 978-2-7288-0475-7
Nombre de pages : 164
Prix : 9 €
Parution : mai 2012

Présentation éditeur :

Il existe de nombreuses similitudes entre les situations politiques et économiques actuelles de la France et de l’Italie. L’opinion a prévalu dans ces deux pays qu’une stratégie « néolibérale » pourrait, au moins en partie,
résoudre les problèmes économiques de ces deux variantes du modèle de capitalisme européen. Mais les difficultés rencontrées dans la mise en  œuvre  de  ces  stratégies  par  N.  Sarkozy  et  S.  Berlusconi  portent  à
croire que le succès ou l’échec du néolibéralisme a moins à voir avec ses résultats économiques réels ou supposés qu’avec la stabilité des  alliances sociopolitiques qui le soutiennent. À cet égard, la France et l’Italie sont nettement différentes. Si le « noyau dur » du bloc social préco nisant une politique  néolibérale  est  similaire  dans  les  deux  pays,  il  constitue  une minorité de l’électorat ; une stratégie néolibérale doit donc s’appuyer sur une coalition sociale élargie, qui pourrait ne pas être semblable d’un pays à l’autre. La crise économique a révélé une partie des caractéristiques structurelles  qui  distinguent  les  deux  pays.  Ce  livre  veut  montrer  que l’examen des différentes alliances sociopolitiques dans chaque pays peut aider à comprendre comment l’Italie et la France ont suivi des trajectoires économiques différentes.

Public : Tous publics








contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook