Proposé par

En collaboration avec

Marchés : la fin des modèles standard




Hélène Clément ( Traducteur ), Michèle Pons ( Traducteur )

Frydman Roman (autres ouvrages et documents)

Roman Frydman est professeur au département d’économie de New York University, où il a fondé, avec Edmund Phelps (prix Nobel d’économie 2006), le Center on Capitalism and Society

Goldberg Michael (autres ouvrages et documents)

Michael Goldberg est titulaire de la chaire Roland H. O. Neal à l’Université de New Hampshire.


Editeur : Le Pommier
Isbn : 978-2-7465-0632-9
Nombre de pages : 368
Prix : 25 €
Parution : mars 2013
Essai

Présentation éditeur :

Pour décrire l’évolution de l’économie et des marchés financiers, le raisonnement d’une grande majorité des spécialistes de la macroéconomie et de la finance s’appuie sur des modèles mathématiques où le monde est parfaitement prédictible – comme si rien de vraiment nouveau ne pouvait arriver ! –, avec des acteurs économiques parfaitement rationnels agissant à la manière de… robots. Dans ces conditions idéales, les marchés financiers ne peuvent qu’être parfaits et efficaces… La thèse centrale de l’ouvrage est que ces modèles ont, tout au long de la crise, largement failli, alors qu’ils sont paradoxalement toujours utilisés aujourd’hui, y compris par les banques centrales.
Pour les économistes Roman Frydman et Michael Goldberg, nous vivons dans un monde de « connaissance imparfaite » où la prévision parfaite n’existe pas. Pour remplacer l’hypothèse d’efficience des marchés, les deux auteurs proposent l’hypothèse des marchés contingents, qui reconnaît que les évolutions sont influencées par des situations et facteurs imprévus. Tout en tenant compte du rôle essentiel que jouent les marchés financiers dans nos économies modernes, les auteurs reconnaissent aux États le droit et le devoir d'en atténuer les excès.
Ils proposent également des prolongements aux réformes systémiques actuelles, ainsi que de nouvelles façons de réfléchir à ces réformes. Ils envisagent enfin une panoplie de mesures destinées à atténuer les excès des marchés financiers sans gêner la capacité des économies capitalistes à stimuler l'innovation et une croissance durable.

Sommaire :
  • LA CRITIQUE
    • L'invention des marchés mécaniques
    • La folie d'une Histoire totalement prédéterminée
    • Le monde orwellien des anticipations rationnelles
  • UNE ALTERNATIVE
    • Keynes et les fondamentaux
    • Spéculation et performances allocatives des marchés financiers
    • Influence des fondamentaux et de la psychologie sur les fluctuations des prix










contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook