Proposé par

En collaboration avec

L'économie du care



Petit Emmanuel (autres ouvrages et documents)

Emmanuel Petit est professeur de sciences économiques à l’université de Bordeaux. Son travail de recherche s’inscrit dans une démarche interdisciplinaire à la frontière de la psychologie économique et de la philosophie. Il a publié récemment L’Économie du care (PUF, 2013). Il a écrit plusieurs articles consacrés au rôle des émotions et de la psychologie sociale dans l’analyse économique. Il a créé un site pédagogique sur la psychologie économique (htpp://ecopsycho.gretha.cnrs.fr/).


Editeur : PUF
Isbn : 978-2-13-062464-6
Nombre de pages : 56
Prix : 6 €
Parution : juin 2013
Essai

Présentation éditeur :

Pour l’économiste orthodoxe du XXe siècle, le care n’a jamais existé. On ne se soucie apparemment pas de l’autre dans la théorie économique standard. La bienveillance y est exclue, l’univers sentimental prohibé, l’altruisme (pur) rarissime, la vulnérabilité déconsidérée, l’indifférence préconisée. Les individus sont décrits comme des êtres purement rationnels et autonomes à la recherche de leur intérêt personnel.
Chacun applique la logique utilitariste des « peines et des plaisirs », décrite par Jeremy Bentham, avec le souci le plus extrême de la quête du « bonheur ». Oui, en théorie, l’homo oeconomicus est égoïste, superbement calculateur, grand stratège et potentiellement immoral. Il est l’archétype du « héros » cérébral, impartial, autonome, clairvoyant, jamais ému, toujours distant. L’homme économique ne s’intéresse qu’à lui-même, nourrit des désirs égocentriques, ne s’attache qu’aux conséquences de ses actes, place la rationalité au dessus de tout et ne prend en considération ni les intentions des acteurs, ni les attentes de ses contemporains.
Pour quelles raisons, par conséquent, les économistes contemporains devraient-ils désormais se soucier du care ? Science universelle, formelle et positive, abstraite et rigoureuse, esthétique, science profondément influente au niveau des politiques publiques et dominante au sein des sciences sociales, pourquoi l’économie devrait-elle s’encombrer d’une éthique du care contextuelle, intuitive, personnelle et morale ? À quoi donc servirait une économie du care ?

Public : Tous publics








contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook