Proposé par

En collaboration avec

La fin de l’intellectuel français ? De Zola à Houellebecq



couverture livre
Traduction : Michel Bilis

Sand Shlomo (autres ouvrages et documents)

Shlomo Sand est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Tel-Aviv. Auteur d’un essai sur Georges Sorel (L’Illusion du politique, La Découverte, 1984), il a publié ces dernières années plusieurs ouvrages sur l’histoire des juifs et celle d’Israël (Comment le peuple juif fut inventé, Fayard, 2008 ; et Comment la terre d’Israël fut inventée, Flammarion, 2012) tout en poursuivant sa réflexion sur son métier d’historien (Crépuscule de l’histoire, Flammarion, 2015).


Editeur : Éditions La Découverte
Isbn : 9782707189394
Nombre de pages : 288
Prix : 21 €
Parution : mars 2016

Présentation éditeur :

Historien israélien de renommée internationale, Shlomo Sand a fait irruption dans le débat intellectuel français avec ses ouvrages Comment le peuple juif fut inventé et Comment la terre d’Israël fut inventée. Renouant avec ses premières amours, il se consacre dans ce nouveau livre à la figure de l’intellectuel français.
Au cours de ses études à Paris, puis tout au long de sa vie, Shlomo Sand s’est frotté aux « grands penseurs français ». Il connaît intimement le monde intellectuel parisien et ses petits secrets. Fort de cette expérience, il bouscule certains des mythes attachés à la fi gure de l’« intellectuel », que la France s’enorgueillit d’avoir inventée. Mêlant souvenirs et analyses, il revisite une histoire qui, depuis l’affaire Dreyfus jusqu’à l’après-Charlie, lui apparaît comme celle d’une longue déchéance. Shlomo Sand, qui fut dans sa jeunesse un admirateur de Zola, Sartre et Camus, est aujourd’hui sidéré de voir ce que l’intellectuel parisien est devenu quand il s’incarne sous les traits de Michel Houellebecq, Éric Zemmour ou Alain Finkielkraut… Au terme d’un ouvrage sans concession, où il s’interroge en particulier sur la judéophobie et l’islamophobie de nos « élites », il jette sur la scène intellectuelle française un regard à la fois désabusé et sarcastique.

Table des matières :

Avant-propos. Penser l’intellectuel, un « selfie » ?
Autoportrait de mandarins
Défier les mythes
Introduction. La cité et la plume
Exception française… ou parisienne ?
Intellectuels et intelligentsia
Entre morale et pouvoir
Des intellectuels publics
I / Les clercs dans la tourmente du siècle
1. Les Affaires Dreyfus. Droits de l’homme ou droits d’auteur ?

Deux Affaires ?
L’intellectuel « scientifique »
Pourquoi s’engager ?
L’intellectuel dans son champ
Motivations idéologiques ?
2. De Voltaire à Bourdieu. Qui sont les « vrais intellectuels » ?
Les hommes de lettres et les philosophes
Les savants et les écrivains révolutionnaires
Les traîtres et les chiens de garde
Les authentiques et les opiomanes
Les dominants et les dominés
3. Marx et sa descendance. Capital symbolique ou politique ?
L’intelligentsia corporatiste
L’intellectuel étatique
L’intelligentsia « hors classe »
L’intellectuel organique
4. Le charme discret du fascisme. Flirt ou roman d’amour ?
Fascistes et « non-conformistes »
Une reconfiguration des camps
L’attrait du national-socialisme
Les « rebelles nationaux » et la défaite
5. Le crépuscule des idoles. L’intellectuel critique domestiqué ?
L’universel et le spécifique
De l’utopie à l’antitotalitarisme
Conflits, mythes et identités
Mass-médias et espace public
II / Islamophobie et « Rhinocérite » des clercs
6. De Houellebecq àCharlie. Soumission ou humour ?
L’écrivain engagé
L’hebdomadaire « libertaire »
7. De Finkielkraut à Zemmour. Décadence ou xénophobie ?
Intellectuels et Sarrasins
L’identité suicidaire
Remerciements
Index.

Public : Tous publics








contact

Touteconomie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon

diffuser

Partagez le site TECO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook