Société de défiance (La) Comment le modèle social français s'autodétruit - Nouvelle édition

Auteur(s) :


Algan Yann (Professeur d'économie à Sciences Po)
Cahuc Pierre (Professeur de Sciences Economiques)

Prix du livre d'économie
Editeur : Editions Rue d'Ulm
Isbn : 978-2-7288-0551-8
Nombre de pages : 110 pages.
Prix : 7.00€
Parution : février 2016
Public : tous publics Tous publics
Essai

Présentation éditeur

La France est engagée dans un cercle vicieux dont les coûts économiques et sociaux sont considérables. Depuis plus de vingt ans, des enquêtes menées dans tous les pays développés révèlent qu’ici plus qu’ailleurs, on se méfie de ses concitoyens, des pouvoirs publics et du marché. Cette défiance allant de pair avec un incivisme plus fréquent.

Or la défiance et l’incivisme, loin d’être des traits culturels immuables, sont alimentés par le corporatisme et l’étatisme du modèle social français. En retour, le manque de confiance des Français entrave leurs capacités de coopération, ce qui conduit l’État à tout réglementer et à vider de son contenu le dialogue social.

En comparant les relations entre les performances économiques et les attitudes sociales dans une trentaine de pays du début des années 1950 à nos jours, Yann Algan et Pierre Cahuc montrent comment ce déficit de confiance réduit significativement l’emploi, la croissance et, surtout, l’aptitude des Français au bonheur.

Préface de Daniel COHEN

 Sommaire

Préface

Introduction

Défiance et incivisme
L’ampleur de la défiance et de l’incivisme - Une défiance persistante, mais pas immuable

Les origines de la défiance : corporatisme et étatisme
Étatisme, corporatisme et confiance - Peur du marché, réglementation et corruption - La défiance : un frein au dialogue social et à la réforme du marché du travail

Conclusion. Le coût de la défiance et l’orientation des réformes
Les coûts économiques et sociaux du déficit de confiance - L’orientation des réformes