Les indicateurs du bien-être : quelle utilité pour l'action politique ? (vidéo disponible)

Conférence organisée le 14 nov 2014

Il est désormais largement reconnu que le PIB n’est qu’un indicateur très imparfait du bien-être et du progrès social. En effet, si le PIB mesure la performance économique d’un pays, il ne renseigne en rien sur comment les revenus ou la richesse sont répartis dans la population ni sur d’autres aspects importants de la qualité de la vie, tels que la santé, l’éducation, l’environnement, le logement, la sécurité ou encore le social, la qualité de l’emploi ou le temps libre. Pour répondre à cette demande croissante d’informations sur ce qui compte vraiment dans la vie des gens, de plus en plus de pays collectent désormais des données officielles sur les différents aspects du bien-être, mais aussi sur les perceptions et les évaluations que les personnes font de la vie qu’elles mènent. L’INSEE et l’Office national des statistiques britanniques, par exemple, ont déjà rajouté dans leurs enquêtes habituelles auprès des ménages un certain nombre de questions portant sur le bien-être subjectif. Cela sera également le cas à la fin 2014 dans tous les pays de l’EU sous l’impulsion d’Eurostat et graduellement dans beaucoup de pays hors EU sous l’impulsion de l’OCDE. Cependant, en dépit de l’intérêt qu’ils suscitent de la part des citoyens, ces nouveaux indicateurs n’ont eu jusqu’à présent que peu d’impact sur la conception, la mise en oeuvre ou l’évaluation des politiques publiques, à l’exception de quelques pays comme le Royaume-Uni.
Si le progrès social et le bien-être sont devenus une nouvelle priorité de nos sociétés, au-delà de la seule croissance économique, il devient urgent d’évaluer leurs déterminants et les politiques qui permettent de les développer. Cette conférence débattra des nouvelles mesures de bien-être et de leur utilisation pour l’analyse et les politiques. Nous discuterons du renouvellement des paradigmes traditionnels d’évaluation des politiques économiques et publiques, en intégrant leurs effets sur le bien-être et le progrès social.

Modérateur :

Lefébure Philippe (Chef du service économique et social France Inter)

Intervenants :

Balestra Carlotta (Analyste politique à l'OCDE)
Algan Yann (Professeur d'économie à Sciences Po)
Chancel Lucas (Chercheur à l'Iddri, enseignant à Sciences Po)
Roulet Alexandra (Professeur d’économie à l’INSEAD)
Senik Claudia (Professeur de Sciences économiques (Université Paris-4 Sorbonne - PSE))

Vidéo de la conférence :

Intervenants : Yann Algan (Professeur d'économie à Sciences Po), Carlotta Balestra (Analyste politique à l'OCDE), Lucas Chancel (Chercheur à l'Iddri, enseignant à Sciences Po), Alexandra Roulet (Ph.D d’économie à l’université d’Harvard), Claudia Senik (Professeur de Sciences économiques (Université Paris-4 Sorbonne - PSE)) et Philippe Lefébure (France Inter)