Les modes de scrutin fabriquent-ils les résultats ? (Vidéo disponible)

Conférence organisée le 08 nov 2016

En politique, les modes de scrutin sont parfois au centre du débat, attirant sur eux critiques et frustrations. Les interventions de cette session visent à bousculer l'idée reçue selon laquelle les modes de scrutin à la proportionnelle seraient susceptibles à eux-seuls de résoudre tous les problèmes. Il faut également considérer les effets du découpage géographique ou la forme de l'expression individuelle sur les différents candidats lors du scrutin.

Modérateur :

Best Ivan (Chef adjoint à La Tribune)

Intervenants :

Baujard Antoinette (Directrice adjointe du GATE L-SE et Maître de conférence, Université Jean Monnet)
Merlin Vincent (Directeur de recherche CNRS, Université de Caen Normandie)
Clouaire Pascal (Adjoint au Maire de Grenoble délégué à la démocratie locale)
Van Der Straeten Karine (Directrice de Recherche CNRS à la Toulouse School of Economics)

Vidéo de la conférence :

Vidéo de la conférence

Intervenants (Fonctions à date de la conférence) :
Intervenants : Antoinette Baujard (Directrice adjointe du GATE L-SE et Maître de conférence, Université Jean Monnet) ; Pascal Clouaire (Adjoint au Maire de Grenoble délégué à la démocratie locale) ; Vincent Merlin (Directeur de recherche CNRS, Université de Caen Normandie) ; Karine Van Der Straeten (Directrice de Recherche CNRS à la Toulouse School of Economics) et Ivan Best (La Tribune



Les documents associés à la conférence

Présentation des effets d'une carte électorale sur les resultats d'une élection à partir de deux exemples les élections Présidentielles américaines (carte du nombre de grands électeurs par Etat) et les élections cantonales en France.



Les liens vers des sites ou documents internet associés à cette conférence

Antoinette Baujard se pose la question de la manière dont les électeurs expriment leurs suffrages. En s'appuyant sur une expérimentation faîte lors des élections présidentielles de 2012 et sur un article publié en 2014 dans Electoral Studies, elle explique que les votes multinominaux donnent des informations différentes sur les opinions politiques. Ce type de vote favorise les candidats inclusifs car les électeurs peuvent s'exprimer sur plusieurs candidats et l'importance du vote utile est atténuée. Changer le mode de scrutin changerait alors le résultat des élections.