Vidéo

Intervenants : Patrick Artus (Chef économiste de Natixis et membre du Comité Exécutif, Professeur-associé d'économie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Pierre-Noël Giraud (Professeur d'économie à Mines ParisTech et à Paris Dauphine) ; Muriel Pénicaud (Ministre du travail) ; Alexandre Saubot (PDG du groupe Haulotte) et Jean-Paul Chapel (France 2)

Vidéo

Intervenants : Olivier Charmeil (Président de Sanofi Pasteur), Miguel de Fontenay (Associé du groupe international Mazars, membre du Global Executive Committee), Armand Hatchuel (Professeur (Mines ParisTech)), Christian Nibourel (Président d’Accenture France Benelux), Stéphanie Paix (Président du directoire de la Caisse d’Epargne Rhône Alpes) et Philippe Escande (Le Monde)

Vidéo 2 - 2

Intervenants :Pierre Yves Gomez (Professeur de management stratégique EM Lyon), Alissa Koldertsova (Analyste des politiques, Division des affaires d’entreprise de l’OCDE), Daniel Lebègue (Président de l'Institut Français des Administrateurs), Philippe Poincloux (Directeur Général, du bureau de Paris de Towers Watson), Antoine Reverchon (Le Monde).

Vidéo 1 - 2

Intervenants :Pierre Yves Gomez (Professeur de management stratégique EM Lyon), Alissa Koldertsova (Analyste des politiques, Division des affaires d’entreprise de l’OCDE), Daniel Lebègue (Président de l'Institut Français des Administrateurs), Philippe Poincloux (Directeur Général, du bureau de Paris de Towers Watson), Antoine Reverchon (Le Monde).

Note de veille du CAS: Après la crise, quelles pistes de changement dans la régulation du capitalisme?

Dans la note de veille n°120 publiée par le Centre d'Analyse Stratégique en janvier 2009, deux axes de changement dans la régulation du capitalisme après la crise se dégagent: il faut améliorer la coordination économique mondiale et repenser les modes de gouvernance. 

Texte d'un cours au collège de France: la suprématie des actionnaires en question(s)

Dans ce cours qu'il a donné au collège de France en octobre 2007, Roger Guesnerie montre que la suprématie des actionnaires telle qu'on l'observe aujourd'hui suscite un certain nombre d'interrogations, notamment à propos de son développement historique, ("la suprématie des actionnaires en questionS") mais est également susceptible d'une remise en cause dans son principe même ("la suprématie des actionnaires en question").