Faut-il augmenter les droits d’inscription à l’Université ? (vidéo disponible)

Conférence organisée le 07 nov 2018

Les droits d’inscription à l’université sont plus faibles en France que dans la plupart des pays avancés, en particulier anglo-saxons. Cette modération, vigoureusement revendiquée par les étudiants, laisse la porte de l’enseignement supérieur ouverte aux moins aisés. Mais elle prive l’université de ressources financières précieuses et donne un signal négatif aux étudiants étrangers sur un marché de plus en plus international. Faut-il encourager la gratuité, comme le fait par exemple la Suède ? Faut-il au contraire augmenter les droits, en les assortissant de vraies bourses qui couvriraient aussi les autres dépenses des étudiants peu aisés ? Ou créer des prêts dont le remboursement dépendrait des succès professionnels ultérieurs ? En donnant des réponses divergentes à ces questions, les économistes renforcent un débat déjà très vif.

Modérateur :

Vittori Jean-Marc (Editorialiste Les Echos)

Intervenants :

Harari-Kermadec Hugo (Maître de conférences ENS Paris Saclay)
Froment Eric (Président fondateur de l’European University Association (EUA))
Timbeau Xavier (Directeur du Département Analyse et prévision de l’OFCE)
Trannoy Alain (Directeur de l'Aix-Marseille School of Economics, membre du Cercle des économistes et du Conseil d’analyse économique )
Garnier Félix (Représentant de la Fédération Nationale des Associations Représentatives des Etudiants en Sciences Sociales)

Vidéo de la conférence :

Cliquer sur le menu.

Introduction

1/ Pour une augmentation à partir des masters

2/ Un financement par l'impôt sur les revenus

3/ Non à une augmentation en raison des effets pervers

4/ La position d'une association d'étudiants

5/ Les conséquence/effets observés dans les pays anglo-saxon

6/ Questions du panel étudiants salle

7/ Réponses aux questions du panel et débat

Intervenants : Eric Froment (Président fondateur de l’European University Association (EUA)) ; Félix Garnier (Représentant de la Fédération Nationale des Associations Représentatives des Etudiants en Sciences Sociales) ; Hugo Harari-Kermadec (Maître de conférences ENS Paris Saclay) ; Xavier Timbeau (Directeur principal de l’OFCE) ; Alain Trannoy (Directeur de l'Aix-Marseille School of Economics, membre du Cercle des économistes) et Jean-Marc Vittori (Les Echos)