Protectionnisme

Terme employé également pour : Mesure protectionniste
Terme en anglais : Protectionism
Voir aussi :
Concept parent :

Vidéo : Comment la mondialisation déplace les inégalités ?

Intervenants : Marti Serge (Ancien rédacteur-en-chef économique au Monde) ; Bourguignon François (chaire émérite à Paris School of Economics) ; Giraud Pierre-Noël (Professeur d'économie à Mines ParisTech et à Paris Dauphine) ; Milanovic Branko (Visiting presidential professor à la City University of New York) et Ghorra-Gobin Cynthia (Géographe, Directrice de recherche émérite CNRS-Creda et Professeur à l’Iheal (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3))

Nocturne de l’économie - Université Paris Nanterre 2017 : Le retour du protectionnisme ?

La mondialisation, sous son versant libre échange, est censée être source de développement économique. Elle est de plus en plus perçue comme étant à l’origine du creusement des inégalités entre les plus riches et les plus pauvres dans les pays développés. Les perdants de la mondialisation aux États-Unis auraient ainsi largement contribué à l’élection de Donald Trump, séduits par son programme explicitement protectionniste. Les premiers décrets signés par le nouveau Président montrent sa volonté de placer ce protectionnisme au cœur de sa politique économique.

vidéo : La fin de la mondialisation ?

Intervenants : Patrick Artus (Chef économiste de Natixis et membre du Comité Exécutif, Professeur-associé d'économie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Flora Bellone (Professeur d’économie à l’Université Côte d’Azur (UCA)) ; Bruno Cabrillac (Directeur général adjoint des études et des relations internationales, Banque de France) ; Guillaume Duval (Alternatives Economiques)

vidéo : Débat de politique économique : retour vers le passé

Patrick Artus (Chef économiste de Natixis et membre du Comité Exécutif, Professeur-associé d'économie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Daniel Cohen (Professeur de Sciences économiques à l'ENS) ; Denis Ferrand (Directeur général de COE Rexecode, Directeur de la conjoncture et des perspectives) ; Valérie Rabault (Secrétaire de la commission des finances de l'Assemblée nationale et Députée de Tarn-et-Garonne) ; Xavier Ragot (Président de l’OFCE, Directeur de recherches CNRS) ; François Lenglet (France 2 et RTL)

vidéo : Mondialisation et emplois

Intervenants : Flora Bellone (Professeur d’économie à l’Université Côte d’Azur (UCA)), François Bourguignon (chaire émérite à Paris School of Economics), Pierre-Noël Giraud (Professeur d'économie à Mines ParisTech et à Paris Dauphine), Roger Guesnerie (Professeur au Collège de France et Président de l'Ecole d'économie de Paris),  Stefano Scarpetta (Directeur de la direction de l'Emploi, du travail et des affaires sociales de l'OCDE) et Ivan Best (La Tribune)

Vidéo : Réinventer l'action publique (Les voix de l'économie)

Intervenants :  Agnès Bénassy-Quéré (Professeur, Ecole d'économie de Paris, Université Paris 1, et Présidente-déléguée du Conseil d'analyse économique) ; Henri Guaino (Député des Yvelines) ;  Gaspard Koenig (GenerationLibre) ; Arnaud Montebourg (Avocat) ; Thierry Weil (Enseignant-chercheur à l'Ecole des mines de Paris, Délégué de La Fabrique de l'industrie) et Vincent Giret (Le Monde)

Vidéo : L’Europe en quête de politique industrielle 2-3

Intervenants : Ouverture de la conférence par : François Baroin Ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie,  Philippe Aghion Professeur de Sciences économiques (Université d'Harvard), Philippe Castagnac Membre du Conseil de Gérance de Mazars Directeur Général et Président de Mazars en France,  Arnaud Caudoux Directeur général délégué d'OSEO,  Gérard Collomb Sénateur - Maire de Lyon - Président du Grand Lyon, Augustin de Romanet Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations,  Lionel Fontagné Professeur de Sciences économiques,  Olivier Klein Directeur Général Banque

La vulnérabilité de l'Afrique sub-saharienne à la crise financière

La faible intégration des pays d'Afrique les protège-t-ils de la crise financière ? Non, car les exportateurs africains se révèlent très sensibles à la crise, et victimes plus que les autres d'un effet revenu (la consommation et les importations baissent dans les pays partenaires) et surtout d'un effet destruction : la crise financière augmente le coût du commerce, et cet effet affecte plus les pays perçus comme risqués.