Vers des politiques budgétaires sans contrainte

Conférence organisée le 07 nov 2019

Aux Etats-Unis, le débat sur la « Théorie Monétaire Moderne », (Modern Monetary Theory, MMT) fait rage. La proposition est de maintenir à tout moment une politique budgétaire suffisamment expansionniste pour qu’il y ait toujours plein emploi, et de financer les déficits publics induits par la création monétaire pour éviter la hausse des taux d’intérêt. Plus généralement, on voit la tentation (aux Etats-Unis, au Japon, en Chine, en France, en Italie) de profiter de l’environnement de taux d’intérêt bas pour mener des politiques budgétaires expansionnistes et oublier les contraintes budgétaires qui s’imposaient auparavant. Il faut donc réfléchir à la question de l’austérité budgétaire : faut-il complétement en sortir, pour faire quelles dépenses publiques ou quelles baisses d’impôts ? Quels sont les risques : le retour de l’inflation, l’instabilité financière avec la création monétaire excessive s’il y a monétisation des dettes publiques, un rôle excessif de l’Etat… ?

Modérateur :

Vittori Jean-Marc (Editorialiste Les Echos)

Intervenants :

Artus Patrick (Chef économiste de Natixis et membre du Comité Exécutif, Professeur-associé d'économie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne )
Hairault Jean-Olivier (Professeur de sciences économiques à l'Université Paris 1)
Blanc Etienne (Premier Vice-président de la Région Auvergne Rhône-Alpes)
Ragot Xavier (Président de l’OFCE, Directeur CNRS)
Valla Natacha (Chef de la Division Politique et Stratégie du Département Analyses économiques à la Banque européenne d’investissement)

Vidéo de la conférence :