Pays pauvres, la crise au prix fort? (vidéo disponible)

Conférence organisée le 12 nov 2009

La crise n’épargne pas les pays pauvres, même ceux que l’on aurait pu croire a priori protégés en raison de leur niveau plus faible de développement financier. En outre, par le passé, les pays en développement ont déjà vécu des crises financières importantes. Leur expérience montre que ces crises peuvent avoir des effets réels à long terme, en termes de répartition des revenus et d’investissement en éducation, en santé et en matière de préservation de l’environnement. La table ronde fera le point de la situation actuelle des pays en développement, en montrant leur diversité. Elle retracera l’expérience des crises des années 80 et 90s et discutera des voies de sorties de la crise et des actions possibles de la part des pays industrialisés.

Modérateur :

Lemaître Frédéric (Rédacteur en chef au Monde )

Intervenants :

Suwa Eisenmann Akiko (Directrice de recherche INRA)
Martin Philippe (Professeur de sciences économiques à Sciences Po )
Jacquet Pierre (Président du Global Development Network (GDN))

Vidéo de la conférence :

Intervenants : Pierre Jacquet (Directeur de la Stratégie et Chef Economiste à l’Agence Française Développement), Philippe Martin, (Professeur de sciences économiques à Sciences Po), Akiko Suwa Eisenmann (Directrice de recherche INRA) et Frédéric Lemaître (Le Monde)




Intervenants : Pierre Jacquet (Directeur de la Stratégie et Chef Economiste à l’Agence Française Développement), Philippe Martin, (Professeur de sciences économiques à Sciences Po), Akiko Suwa Eisenmann (Directrice de recherche INRA) et Frédéric Lemaître (Le Monde)




Intervenants : Pierre Jacquet (Directeur de la Stratégie et Chef Economiste à l’Agence Française Développement), Philippe Martin, (Professeur de sciences économiques à Sciences Po), Akiko Suwa Eisenmann (Directrice de recherche INRA) et Frédéric Lemaître (Le Monde)




Les documents associés à la conférence

Ce document analyse la manière dont les ménages des pays pauvres sont frappés par la crise financière. L'étude des crises passées montre les stratégies des ménages et des groupes dans un environnement structurellement risqué, et met en évidence l'importance de transferts publics ciblés. L'exemple de la crise indonésienne de 1998 montre qu'une crise de court terme peut avoir des effets de long terme.




La faible intégration des pays d'Afrique les protège-t-ils de la crise financière ? Non, car les exportateurs africains se révèlent très sensibles à la crise, et victimes plus que les autres d'un effet revenu (la consommation et les importations baissent dans les pays partenaires) et surtout d'un effet destruction : la crise financière augmente le coût du commerce, et cet effet affecte plus les pays perçus comme risqués.




On s'intéresse ici à l'Afrique susaharienne pendant la crise de 2007-2009, mais aussi aux perspectives de plus longue période pour cette région, notamment en terme de croissance, de politique économique et de développement durable. On peut alors se demander quel rôle l'aide internationale doit jouer en Afrique.