Que reste-t-il du mythe de la courbe de Phillips? (Vidéo disponible)

Conférence organisée le 08 nov 2017

A l’initiative de l’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique, les intervenants de cette table-ronde proposent de revenir sur la courbe de Phillips et l’usage qui en a été fait.

Selon l’histoire communément admise de la ‘courbe de Phillips’, cette relation entre taux de chômage et taux d’inflation qui résulte des travaux statistiques de Phillips (1958) aurait constitué la justification essentielle des politiques économiques dites keynésiennes de stabilisation. Dans les années 1970, l’émergence de la stagflation sur le plan des faits économiques combinée à la prise en compte des anticipations dans l’explication des comportements des agents économiques sur le plan théorique auraient sonné le glas de l’intervention publique. L’objectif de cette conférence est de remettre en question l’image caricaturale donnée des politiques discrétionnaires par cette fameuse ‘courbe de Phillips’.

Président de séance

Rivot Sylvie (Université de Strasbourg)

Intervenants :

Orléan André (Directeur de recherches CNRS)
Rubin Goulven (Professeur d’économie à l’Université de Lille)
Cabrillac Bruno (Directeur général adjoint des études et des relations internationales, Banque de France)

Vidéo de la conférence :

Intervenant : Sylvie Rivot (Maître de conférences à l’Université de Mulhouse); Bruno Cabrillac (Directeur général adjoint des études et des relations internationales, Banque de France); André Orléan (Directeur de recherches CNRS); Goulven Rubin (Professeur d’économie à l’Université de Lille)




Les documents associés à la conférence

Présentation de la courbe de Phillips, puis présentation des courbe sur les données 1861-1913; 1913-48; 1948-57




Présenation de Bruno Cabrillac contient la courbe sur la période 2004-2019 (prévision) ; utilisation dans le modèle MASCOTTE / MAPI ; présentation de la courbe avec prise en compte de l'inflation importée (Zone euro et France)