Le blog des intervenants des Jéco 2022

 

Bientôt vous allez découvrir le programme des Jéco 2022, voici des billets de blog écrits par des intervenants qui vont vous permettre de découvrir les sujets que nous allons aborder.

En venant régulièrement sur cette page, ce sont les grands thèmes des Jéco 2022 qui seront mis en lumière. C'est un avant goût des conférences et tables rondes qui se tiendront à Lyon les 15, 16 et novembre 2022.

Entreprise à mission : une solution crédible pour des EHPADs à visage humain ?

Mathias Dewatripont Université libre de Bruxelles (I3h, ECARES et Solvay Brussels School) interviendra sur la conférence "Ehpad, et hôpitaux : quelle place pour le privé ?"

Le livre Les Fossoyeurs de Victor Castanet paru en janvier 2022 met en avant les dérives de la primauté actionnariale sur le traitement des pensionnaires et du personnel d’EHPADs dans le cas de la société Orpea, numéro 2 du secteur en France. L’émission Cash Investigation diffusée par France 2 le 1er mars va dans le même sens pour Korian et DomusVI, respectivement numéro 1 et 3 du secteur. Dans les trois cas, la conclusion est claire : il est urgent de réformer l’organisation de ces entreprises pour les rendre compatible avec ce qui doit être leur objectif central : le bien-être de leurs résidents (ce qui passe aussi par des conditions de travail adéquates pour leur personnel).

Quelles sont les limites au rôle de l’État ?

Par Patrick Artus qui interviendra sur les conférences des Jéco 2022 : "L’État, jusqu’où?"

On demande beaucoup aujourd’hui à l’État, particulièrement en Europe :

  • dépenser davantage dans l’éducation, la santé, la recherche, la défense, la justice, le soutien du pouvoir d’achat… ;
  • participer aux investissements de transition énergétique, et à d’autres investissements en infrastructures, en réindustrialisation, qui sont des investissements à long terme et de rentabilité assez faible, difficiles à réaliser pour le secteur privé ;
  • donner sa garantie à une partie croissante de l’épargne des ménages, puisque les ménages désirent avoir une épargne liquide et peu risquée, et que les besoins de financement de l’économie sont surtout à long terme et risqués.

On voit donc apparaître un modèle où l’État aurait des dépenses publiques de plus en plus élevées, cofinancerait avec le secteur privé un nombre croissant d’investissements, donnerait sa garantie à une fraction de plus en plus importante de l’épargne.